Nisrine Al-Sabahi, membre du Projet d’unité de la vallée du Nil, remporte le prix Helmy Chaarawy

Nisrine Al-Sabahi, membre du Projet d’unité de la vallée du Nil, remporte le prix Helmy Chaarawy

Nisrine Al-Sabahi, membre de l’équipe de recherche du projet « d’unité de la vallée du Nil : Visions futures », et chercheuse spécialisée dans les affaires africaines au Centre égyptien de pensée et d’études stratégiques (ECSS), a remporté le Prix du Grand penseur Helmy Chaarawy dans la domaine d’études africaines de l’année 2020 — 2022, Où le prix sera remis au gagnant le lundi 24 octobre, à la bibliothèque publique Misr.

Nisrine a obtenu un baccalauréat en sciences politiques à l’Université Beni Suyef en 2017 avec une mention très bien. En fait, elle a enrichi le domaine des études africaines au cours des cinq dernières années – depuis l’obtention de son diplôme – en effectuant de nombreuses recherches et études sur les questions du terrorisme, des conflits, du changement climatique et de la région de la côte africaine de l’Afrique de l’Ouest. D’ailleurs, elle a participé en tant que conférencière à l’atelier « L’avenir de l’Afrique dans le monde post-pandémique à la lumière de l’Agenda 2063 de l’Afrique » au Forum mondial de la jeunesse en 2021, au cours duquel elle a présenté une présentation des expériences des pays africains face aux changements climatiques. Il s’agit de l’étude de cas égyptienne. Il incombe de signaler que cette année, elle a obtenu une maîtrise en études africaines de l’Université du Caire avec une mention excellente. Enfin, elle est doctorante en études africaines à la Faculté des hautes études africaines de l’Université du Caire.

D’autre part, « Al-Sabahi » a exprimé sa joie lorsqu’elle a connu qu’elle recevrait le prix de Mwalimu Helmy Shaarawy, décrivant cette nouvelle comme la meilleure, compte tenu du haut niveau du prix dans les cercles africains. De plus, elle a précisé jusqu’à quel point elle était fière parce que sa thèse de maîtrise avait été choisie comme la meilleure étude en affaires africaines pour l’année 2022 et parce qu’elle a obtenu, par la suite, le prix du grand penseur dans le domaine des études africaines.

La thèse comprenait un sujet introductif, trois chapitres et un sujet final, au cours desquels la chercheuse a précisé dans quelle mesure le changement climatique a affecté les conflits internes dans les pays d’Afrique de l’Est. Le sujet introductif traitait des tendances théoriques dans l’étude de la relation entre le changement climatique et les conflits internes ; le premier chapitre traitait du phénomène du changement climatique en Afrique de l’Est ; le deuxième chapitre traitait de l’impact du changement climatique sur l’émergence et le développement des conflits internes en Afrique de l’Est ; et enfin, le troisième chapitre traitait des politiques de réponse au changement climatique et son rôle dans la maîtrise des conflits internes en Afrique de l’Est. Quant à la conclusion, il s’agit des perspectives de construction de la paix environnementale en Afrique.

De son côté, Hassan Ghazaly, fondateur du « Projet d’unité de la vallée du Nil : Visions futures » et membre de l’équipe de recherche « Les Africains », a expliqué que la chercheuse, « Nisrine Al-Sabahi » était l’une des chercheuses les plus éminentes en l’unité de recherche du projet, soulignant qu’elle a participé à plusieurs activités distinctes, parmi lesquelles la première rencontre de la jeunesse d’Égypte et du Soudan, dans le cadre du « Projet d’unité de la vallée du Nil : Visions futures ». En plus, elle a participé en tant que chercheuse aux préparatifs de l’Ecole Africaine 2063 en 2018. Il a insisté sur l’importance d’un tel de prix et de tels événements, notamment dans le domaine des études africaines, afin d’encourager la participation de plus de jeunes chercheurs pour enrichir ce domaine et y déployer plus d’efforts, puisque ce domaine a besoin de plus d’étude et de production intellectuelle émanant des Africains eux-mêmes.

Il convient de noter que le grand penseur Helmy Chaarawy a de nombreuses contributions relatives aux affaires africaines. En fait, il était responsable du dossier des mouvements de libération africaine en Égypte sous le règne du défunt dirigeant Gamal Abdel Nasser. Il a également travaillé comme professeur de sciences politiques à l’Université de Juba au Soudan (1981-1982), et un expert des relations. Il a été l’ancien président de l’Association africaine de science politique et le fondateur du Centre de recherche arabe et africain. Le prix a été lancé pour la première fois en 2010, en tant que prix annuel de 10 000 L.E offert à la meilleure recherche scientifique en études africaines. Le prix doit être présenté lors d’une cérémonie spéciale lors de la sortie du livre. D’ailleurs, on offre un certificat d’appréciation ainsi qu’une somme symbolique au chercheur ou chercheuse.

Spread the love
Share

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *